"Je voudrais que l'on se souvienne de moi comme d'une personne qui voulait être libre...

...pour que les autres le soient aussi." - Rosa Parks




La France, un pays auquel je ne me suis jamais sentie liée ; je l'ai quitté il y a plus de vingt ans, sachant que je ne vivrais plus jamais dans ce pays. Mais, parfois, l'univers a un étrange sens de l'humour, et j'ai dû revenir à la fin de l'année dernière. Je ne veux toujours pas rester ici à long terme, mais je sais - et je me suis fait à l'idée - que je resterai ici plus longtemps que je ne le pensais.


Et donc, je m'adapte à une situation que j'ai choisie et que je méprise en même temps.Je me suis sentie guidée pour revenir dans ce pays, je sentais que je devais être ici. Cependant, lorsque j'ai réalisé que je serais ici pour plus de quelques mois, je me suis sentie frustrée et piégée d'une certaine façon (je le suis toujours, si je suis honnête). Je ne sais pas pourquoi je me sens si détachée de la culture française, j'aime ce pays, c'est un endroit magnifique, mais je ne me sens pas chez moi ici.


Aujourd'hui, j'ai été ému par l'esprit de ce pays, le sens de la solidarité, le soutien moral et l'amour d'étrangers unis par leur désir commun de rester dans la lumière, de voir au-delà de nos différences, de l'obscurité et de la peur.








2 views0 comments

Recent Posts

See All

Perimenopause, The Delight Of The 40's

As mentioned in my previous post, I have finally put two and two together and realised that what I have been experiencing is the onset of menopause. Ding ding ding Raphaëlle! Age is a funny thing. Des